Google Home, By VISEO
LinkedIn Google Plus Twitter Email

Google I/O: Les principales annonces

Ce qu'il faut retenir de l'édition 2016
19 Mai 2016

Nos experts en machine learning, IoT et IA ont suivi avec attention la conférence de Google ce mercredi 18 mai 2016

Voici ce qu'ont retenu nos experts Eric Brulatout (Practice Manager Web & Mobile), Jean-Philippe Encausse (Digital Consultant IoT and Native UI) et Etienne Bureau (directeur de l'innovation) de la grande messe annuelle de Google

Les Google I/O ne sont plus seulement un événement à destination de la communauté des développeurs. Ils sont devenus l'expression annuelle de la stratégie de Google. Forcément, nous en attendions tous beaucoup. Peut-être trop si on en juge l'édition 2016?

Changement d'ambiance cette année avec un nouveau lieu, loin du centre de San Francisco à deux pas de Moutain View, et surtout en extérieur. Changement aussi de dénomination: de "developer conference" depuis toujours, cet évènement devient un "developper festival"...nous aurions dû être méfiants! L'acte de communication policé a pris le pas sur l'esprit concert rock pour nerds, et à ce titre Google nous a servi ce que nous nous attendions.

Le machine learning et l'IA au service du SmartHome et Messaging 

Tout au long des deux heures de la keynote inaugurale Google a martelé son attachement à rendre nos vies quotidiennes plus faciles grâce à la puissance des algorithmes. Sans jamais offrir une vision ou des annonces de rupture, les messages ont surtout souligné la capacité pour Google de poursuivre sa trajectoire historique et de valoriser les actifs exclusifs construits au court du temps: en particulier la connaissance organisée dans le knowledge graph ainsi que les bases de données gigantesques sur lesquelles mettre en place des approches inégalables de Machine Learning.  

En réponse à Amazon Echo et Apple Air Play, Google annonce Google Home, une petit enceinte utilisant un cœur Android et une intégration fine avec Chromecast. Google Now devient alors l'assistant de la maison capable de faire du multiroom. Pour le moment Google reste malheureusement sur des technologies propriétaires qui seront intégrées avec des objets connectés comme le Nest. 

L'intégration avec Chromecast est une très bonne idée qui permet à Google de garder un avantage concurrentiel. Plusieurs questions restent en suspens: 

  • Si le coût de Google Home est faible, il sera alors possible d'en mettre dans toute les pièces de la maison afin de faire du multiroom bidirectionnel.

  • Verrons-nous une intégration avec la TV support central de la maison? 

  • Quelle sera la qualité du microphone? 

Les réponses de Google Now reposent en partie sur un support visuel: les "cards". Quelle sera alors l'expérience utilisateur dans un contexte ou il n'y aura que de l'audio? C'est certainement la raison pour laquelle l'assistant devient plus conversationnel avec une nouvelle application nommée Allo

De plus, l'assistant devient plus intelligent en essayant de formuler des réponses en fonction du contexte. Un sujet très complexe dans la maison, qui nécessitera certainement de rajouter d'autres capteurs peut-être comme Eddystone. 

Avec la présentation récente de ViV (par des ex-SIRI), le nerf de la guerre des ChatterBot devient l'analyse sémantique. Contrairement à Amazon qui mise sur l'ouverture à une communauté de passionnés développant des connecteurs pour Alexa, Google met en avant son knowledge graph lui permettant de faire des réponses très pertinentes. Espérons que ces technologies resteront efficaces avec notre langue française ! 

Android N, toujours mieux 

Cette nouvelle mouture de l'OS, pour laquelle Google manque décidement d'inspiration au point de proposer à chacun de participer ici pour en trouver le nom (pourquoi pas Noodle?), apportera tout de même son lot de nouveautés et d'améliorations: performance, sécurité et productivité sont au menu pour cette année.  

Plus de performance avec Vulkan pour un rendu graphique qui fera la part belle aux jeux et un nouveau compilateur pour produire un binaire toujours plus rapide et plus léger (ce qui ne fera pas de mal à nos batteries). 

Côté sécurité, Google présente des améliorations substantielles et on note surtout la mise en avant de la puissance du machine learning, qui permettra d'identifier des comportements applicatifs anormaux et irait même jusqu'à la suppression des applications incriminées. Un très bon point aussi avec un mécanisme de mise à jour plus abouti et plus transparent pour les utilisateurs et qui réduira au passage la fragmentation des versions d'application pour les développeurs. 

Pour la productivité ce sera plus subtil et les points présentés, certes bien pensés, comme le multi-fenêtrage, sans être pour autant révolutionnaires pour autant. Globalement Android N sera meilleur, et on s'y attendait. Mission accomplie! 

Une communauté de développeurs soutenue

Google I/O est avant tout pour les développeurs et sur ce point les annonces sont bien au rendez-vous.

Un nouvel IDE encore plus performant, des builds toujours plus rapides, un simulateur décoiffant, un éditeur de layouts pour des écrans plus responsives, la génération des tests en enregistrant directement les actions dans l'application pour pouvoir ensuite les rejouer sur une batterie de devices dans le cloud... que du bon. On se demandera bien vite comme nous faisions auparavant sans, et l'adoption de cette nouvelle mouture d'Android Studio sera très rapide.

Mise en avant de Firebase, qui poursuit sa mutation en véritable couteau suisse du développement d'application mobile. Désormais, un module analytic permettra de mieux monitorer les apps et fera de l'ombre à crashlytics et les autres.  

Le minimum syndical et une bonne surprise 

Coté Réalité Virtuelle (VR) et Wearable, Google s'est contenté, au regard de son engagement historique et des annonces des grands concurrents, du minimum de ce qu'on pouvait attendre:  Android Wear 2.0 pour simplifier l'expérience utilisateur et Daydream un programme complet de développement d'un écosystème hardware et applicatif pour VR. 

Mais l'annonce du jour restera pour nous Android Instant App. Depuis pas mal d'années, nous planchons sur la douloureuse problématique du téléchargement des applications qui reste un frein majeur à leur adoption. Rien de plus râlant que de devoir installer une app alors que nous comptons nous en servir quelques instants, pour piloter un écran publicitaire par exemple, ou tout simplement la tester et se faire un avis. Il y a quelques temps nous avions suivi avec intérêt les posts concernant les essais d'Instant App outre Atlantique, et nous sommes ravis de voir cette fonctionnalité arriver si vite.

D'ici quelques temps, nous allons peut-être devoir repenser la manière de faire des Apps, en y intégrant des notions de SEO... Cela remettrait surtout le moteur de recherche et la poule aux œufs d'or que sont les AdWords au centre de l'échiquier. Mais au-delà du fait que Google se mettrait à crawler nos Apps, cela pourrait surtout les remettre, pour un temps, sur un pied "d'égalité" en les affichant directement dans les résultats de recherche et rebattre ainsi les cartes pour tout le monde.

Il reste bien quelques questions en suspens, comme la gestion des droits, les impacts sur le code, une frontière plus flou pour les utilisateurs entre Web et Application, mais cela offre des perspectives passionnantes.